Un fardeau trop lourd

 “La crise financière marque le commencement du déclin de l’empire américain,” dit l’économiste Nouriel Roubini de la New York University. La nationalisation de Fannie Mae, Freddie Mac, AIG, et l’assomptionT de $700 milliards de mauvaise dette par le gouvernement américain vont encombrer le citoyen américain avec un fardeau insupportable.

      Déjà trop endetté par un budget militaire de presque 600 milliards de dollars en 2008, des obligations sociales croissantes, et des revenues réduits en raison des impôts baissés, les Etats-Unis doivent repenser leurs finances publiques. Parmi les priorités d’une nouvelle administration américaine, il est essentiel de réduire les dépenses du gouvernement américain et d’augmenter les impôts pour mettre de l’ordre dans le budget des Etats-Unis. Sinon, la crédibilité du gouvernement américain et du dollar seront mis en question, avec des conséquences désastreuses pour le peuple américain et l’économie globale.

      Le nouveau président américain peut commencer en réduisant le budget militaire. Cette obligation va être liée au départ des troupes américains d’Irak. Une réduction du budget militaire va être difficile parce que certains coûts sont déjà garantis. L’équipement américain s’est détérioré par deux longues guerres dans le désert, et il faudra le remplacer et le rénover. Et même si le nouveau président voulait terminer la guerre en Irak aussitôt que possible (ce qui est improbable), il est impossible de quitter le pays en quelques semaines. Cependant, dans l’avenir, le budget militaire ne peut pas continuer à augmenter comme depuis 2001. Pour mettre en ordre les finances publiques et réduire le budget militaire, le Pentagone doit tolérer plus de risques et faire des économies.

      Il est clair que le nouveau Président américain – en particulier Barack Obama – va demander beaucoup de nos alliés européens. Pour minimiser le risque à la sécurité de la sphère Euro-Atlantique, les Etats-Unis doivent demander plus de l’Europe dans le domaine de la sécurité, notamment un renforcement des capacités européennes dans la défense. (Le secrétaire de la défense américaine l’a déjà fait la semaine dernière en Angleterre avec ses homologues de l’Otan….). Mais les Européens seront-ils prêts à partager le fardeau ?

      Il est probable que beaucoup d’Européens vont se demander pourquoi il faut aider un pays qui a lancé une guerre à laquelle la majorité des Européens se sont opposés. Pourquoi l’Europe devrait-elle supporter une Amérique qui a dépensée trop d’argent et qui a vécu hors de ses moyens ? Ce sont de bonnes questions. Mais jusqu’à présent, les pays européens n’ont jamais écouté lorsque les américains leur ont demandé de dépenser plus sur la défense. Et avec bonne raison. Lorsque le grand allié américain dépense plus sur la défense que la somme tous les autres pays dans le monde, pourquoi prendre sérieusement les questions de sécurité et de défense ? Mais dans un monde marqué par la prolifération de nouvelles menaces, l’augmentation des budgets militaires en Russie et en Chine (et beaucoup d’autres), et le rebond des Talibans en Afghanistan et au Pakistan, la scène géopolitique est en train de changer. L’ère de l’hyperpuissance américaine est finie.

      Je demande donc à nos lecteurs européens ce que feront leurs gouvernements si les USA décident que des contraintes budgétaires exigent une réduction des dépenses militaires et une réduction du rôle américain dans la sécurité européenne et internationale ? Autrement dit, comment réagirait les gouvernements européens (et leurs publiques) si cette crise financière marque le déclin de l’empire américain ?

Publicités

4 Réponses

  1. Beaucoup d’européens sont « debellicized ». La fin de l’hyperpuissance US ne les inquiète donc pas.

  2. Bonne question : il est utile de se mettre à la place de l’autre

  3. Hum, le début du monde multipolaire serait donc celui d’un regain de puissance à grande vitesse de certains, et la perte de puissance des autres à grande vitesse; ne serait-ce pas la relative stagnation des européens qui les empêche de prendre pleinement conscience de leur rôle dans ce nouvel environnement géopolitique.

    Très bonnes question, merci pour le billet.

  4. Hum, le début du monde multipolaire serait donc celui d’un regain de puissance à grande vitesse de certains, et la perte de puissance des autres à grande vitesse; ne serait-ce pas la relative stagnation des européens qui les empêche de prendre pleinement conscience de leur rôle dans ce nouvel environnement géopolitique.

    Très bonne question, merci pour le billet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :