La Russie se sanctionne elle-même ?

Les chefs des 27 pays membres de l’Union Européenne se sont rencontrés le premier Septembre pour un sommet extraordinaire à la recherche de l’unité et une sortie de crise avec la Russie. Ils ont rejeté l’idée de sanctions contre la Russie, malgré le désir de certains pays européens de punir Moscou pour son refus de retirer tous ses soldats de Géorgie.

Dans ce conflit, les gouvernements occidentaux se sont montrés incapables d’influencer la Russie à cause d’un manque de volonté collective et des divisions internes à l’Union européenne et l’Otan. Convaincue que l’Occident manque des moyens d’imposer sa volonté, Moscou est devenue très arrogante.

Si les chanceliers européens n’ont pas puni le Kremlin, les investisseurs de l’économie globale sont un peu plus sévères. Depuis juillet, l’économie russe a souffert un déclin du rouble dans le marché international, un exode de capital jusqu’à $20 milliards, et une nouvelle vague d’inflation. Les investisseurs internationaux sont inquiets de la direction de la Russie en politique interne et en politique étrangère.

L’attaque de Poutine en juillet contre la compagnie des mines, Mechel (et l’affaire TNK-BP), a restauré des soucis d’une répétition de l’affaire Youkos, une nouvelle vague de nationalisations, et une atmosphère moins accueillante des investissements étrangers dans l’économie russe. A l’inverse de Mikhail Khodorkovsky, l’actionnaire principale de Mechel, Igor Zyuzine, n’a pas exprimé des ambitions politiques. Les investisseurs ont  donc conclu que n’importe quelle compagnie pourrait être ciblée par des attaques de plus en plus au hasard.

La guerre avec la Géorgie et la reconnaissance unilatérale de l’indépendance de l’Ossétie et l’Abkhazie n’ont pas améliorés la confiance du marché dans l’économie russe. En réponse, le capital a fui de la Russie. Depuis le 8 août, 20 milliards de dollars ont quitté la Russie et la banque centrale russe a dû soutenir le rouble. La bourse russe a chuté de 35% depuis sa valeur maximale en mai. Le déclin du prix de pétrole et les difficultés de l’économie internationale ont aussi contribué à la nouvelle donne en Russie.

A l’heure d’une confiance extrême affichée par le leadership russe, des ombres pointent à l’horizon. La renaissance de la Russie est la conséquence d’une économie soutenue par la flambée du prix du pétrole, et non la conséquence d’une idéologie attrayante ou de sa puissance militaire. Le régime russe devrait comprendre cette réalité, en particulier puisque le gouvernement est étroitement lié aux entreprises stratégiques dans le système du capitalisme d’état qui existe en Russie. Or, le goût pour la confrontation malgré cette réalité est la preuve que le Kremlin souffre de l’arrogance du pouvoir.

Anders Aslund, membre du Petersen Institute of International Economics, prévoit que l’économie russe va souffrir pour dix raisons. Son analyse est importante pour les investisseurs ainsi que pour les analystes géopolitiques. Les sanctions officielles sont peu probables contre une Russie plus intégrée dans l’économie européenne. Mais la dépendance de la Russie et de ses dirigeants vis-à-vis de l’intégration occidentale pourrait modérer la politique et l’attitude du régime. Jusqu’au présent, il semble que les pays européens aient insistés sur la modération dans l’espoir d’éviter une nouvelle guerre froide avec la Russie, malgré un ton de confrontation de Moscou. Les actions des gouvernements occidentaux n’ont pas influencé la Russie. Pourtant, si les investisseurs internationaux affaiblissent l’économie russe par la fuite du capital, Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev pourraient se trouver responsables de sanctions beaucoup plus sévères que l’Union Européenne n’aurait jamais pu imposer.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :