Un Mois Difficile pour l’Otan

Dans le mois d’août, les gouvernements européens ont largement été préoccupés par la crise dans le Caucase. Cependant, deux évènements en Afghanistan ont montré que malgré le nouvel environnement stratégique en Europe, l’Afghanistan est toujours le défi majeur pour l’Otan et sa crédibilité. Certains alliés vont être tentés de réduire leur participation en Afghanistan pour renforcer leur défense en Europe à cause de la nouvelle diplomatie agressive russe, en particulier par des pays d’Europe de l’Est. En principe, c’est compréhensible, mais en réalité c’est dangereux. Les Afghans et le gouvernement de Hamid Karzai sont en train de perdre leur patience envers l’ISAF et la communauté internationale. Une réduction des forces de l’Otan à ce moment serait un coup grave pour le gouvernement Afghan et la mission ISAF.

Le mois d’août a été difficile pour l’Alliance en Afghanistan. Dix soldats français ont été tués par des talibans près de Kaboul le 18 août, une perte choquante qui a relancé un débat en France sur la nature de la participation française dans la mission ISAF. L’opposition appelle à une stratégie moins militarisée et critique Sarkozy pour sa décision à ajouter des soldats en France alors qu’il a promis un retrait lors de la campagne présidentielle.

La France n’est pas le seul pays à souffrir. La semaine sanglante et difficile pour l’Otan et le peuple afghan a continué vendredi 22 avec un bombardement désastreux qui aurait couté la vie de 90 civils, selon le gouvernement afghan. Bien que le gouvernement américain conteste ces chiffres. Quelle que soit la réalité, les Taliban ont sans doute déjà utilisé ces nouvelles attaques comme propagande contre la mission ISAF.

Le problème des pertes civiles n’est pas nouveau dans ce conflit, mais le gouvernement montre de plus en plus d’intolérance à l’égard des erreurs couteuses. Sept ans après l’invasion et un an avant l’élection présidentielle en Afghanistan, le président Karzai montre sa colère envers l’alliance. Le Conseil des Ministres Afghan a demandé au gouvernement afghan de négocier un accord formel avec Washington sur la présence des soldats américains en Afghanistan. Le gouvernement est furieux contre l’Otan et ses partenaires dans la coalition antiterroriste qui ont du mal à vaincre les taliban et qui tuent davantage de civils par des frappes aériennes.

La fréquence des ‘dommages collatéraux’ est en partie dû au manque de soldats de l’Otan. Affaiblies par la pénurie des soldats sur le terrain, les forces de la coalition doivent compter sur des frappes aériennes pour atteindre leurs objectifs militaires. Malgré la technologie et la précision des bombes, des erreurs sont inévitables, en particulier lorsque les frappes sont basées sur le renseignement imparfait. Le résultat est une population hostile à la coalition est plus réceptive à la propagande xénophobe des Taliban de plus en plus efficaces grâce à leur sanctuaire au Pakistan.

La mission de l’Otan était en danger même avant la guerre entre la Russie et la Géorgie. Cependant, la manifestation d’une nouvelle politique étrangère russe pourrait affaiblir l’alliance, au contraire de ceux qui prévoient une nouvelle solidarité occidentale. L’Europe pourrait être divisée par des priorités régionales. Les pays de l’Europe centrale et orientale n’ont pas encore été ciblés par des attentats terroristes du type al Qaeda, mais ils regardent la Russie avec suspicion. Les pays baltes et la Pologne, par exemple, se sont aperçus de la présence de 2000 soldats géorgiens en Irak au commencement de la guerre avec la Russie, mais que leur solidarité avec les américains n’a pas réussi à garantir leur sécurité. Vont-ils tirer la conclusion que la mission en Afghanistan est un risque à leur propre défense ?

Les pays de l’Europe occidentale sont aussi en train de repenser la Russie, mais leurs intérêts commerciaux avec la Russie vont modérer leur attitude. Pour eux, le risque d’un attentat terroriste majeur est une vraie menace, et la bande pachtoune est le berceau de ce type de terrorisme.

Au prochain sommet des ministres de la défense de l’Otan en décembre, il faut que l’alliance renforce sa détermination à atteindre ses objectifs communs en Afghanistan (au même temps qu’ils repensent leurs tactiques). Bien évidemment, la crise en Géorgie a des implications importantes pour la sécurité européenne qui doivent être discutés aux rendez-vous futurs de l’alliance et dans la formation d’un nouveau concept stratégique. Mais la nouvelle atmosphère en Europe ne change pas le fait que la mission afghane exige une attention urgente avant qu’il ne soit trop tard.

Publicités

Une Réponse

  1. […] Un mois difficile pour l’OTAN | Outre-Atlantismes […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :